K comme KIKI

Cette photo un peu plus récente par rapport à celles de ce challenge en général n’a pas un grand intérêt au premier abord. C’est le type même de photo dont on pourrait se séparer lorsque l’on fait un grand ménage, et qu’on ne peut pas tout garder faute de place. En effet, les trois femmes et l’enfant me sont inconnus. Un nom de famille est bien mentionné au dos du cliché, je ne le connais pas. Fort probablement des amis de la famille. Mais c’est sur la droite que les choses deviennent intéressantes, surtout lorsque l’on a décidé de participer à un défi d’écriture qui implique d’utiliser toutes les lettres de l’alphabet, y compris le K… En effet, le compagnon à quatre pattes qui a l’air ici d’avoir une conversation (relative à l’enfant ?) avec son maître, notre arrière-grand-père maternel Louis Meyer (1894-1965), se nomme Kiki ! Et Kiki semblait bien avoir une vraie place au sein de la famille, puisque notre grand-mère avait précisé au verso de ce cliché : « famille xxx, Louis et Kiki ».

L’anecdote familiale qui se raconte encore aujourd’hui rapporte que Louis arrivait le matin à sa boutique avec son chien. Il partait ensuite en ville s’occuper d’affaires professionnelles, laissant Kiki au magasin. Ce dernier patientait sagement le temps de tous les rendez-vous, et partait subitement à la rencontre de son maître qu’il avait senti revenir, alors même que celui-ci n’était visible de personne, se trouvant encore à plusieurs centaines de mètres du commerce familial. Kiki avait un bon flair !