O comme OLIDA

Nous repassons aujourd’hui du côté de notre branche maternelle avec Lucien Jonon (1854-1928), le grand-père de notre grand-mère Madou, le premier charcutier de notre ascendance Jonon. Lucien est né à Maule dans les Yvelines, s’est marié et a vécu à Argenteuil en Seine-et-Oise (Val d’Oise aujourd’hui). En 1875, il a épousé la demoiselle Aline Petit, avec laquelle il aura trois garçons et trois filles. Il s’est éteint au Pré-Saint-Gervais dans l’ancien département de la Seine (Seine-Saint-Denis) à l’âge de 73 ans. Ses racines paternelles sont implantées autour de Maule alors que sa branche maternelle vient du Calvados. Sur la photo au dos de laquelle est inscrit « grand-père chez Olida » Lucien, bien reconnaissable à sa barbe, est le troisième homme en partant de la droite. L’endroit pourrait être la première usine Olida construite en 1896 à Levallois-Perret. Des recherches approfondies pourraient nous confirmer cela, selon les archives disponibles.

Sachant par notre grand-mère que Lucien reposait au cimetière de Montmartre, nous nous y sommes rendus avec l’un de mes fils il y a deux ou trois ans, afin de voir s’il était possible de retrouver sa tombe. Un (charmant) gardien a sorti d’énormes registres d’un autre temps, pour finalement nous indiquer que les restes mortuaires de Lucien avaient été transférés dans l’ossuaire du Père Lachaise en 1984, sa tombe n’étant plus entretenue. Ce même gardien (beaucoup moins charmant d’un coup) a refusé catégoriquement que je prenne en photo le paragraphe correspondant à notre arrière-arrière-grand-père sur son registre, devenu soudain un document diplomatique classé secret défense, hautement confidentiel. Les registres des cimetières parisiens ont été mis en ligne quelques mois plus tard…