R comme ROBES

Aujourd’hui nous retrouvons une (peut-être deux…) protagoniste que je vous ai déjà présentée à la lettre B. Identifiée formellement et dont le nom est inscrit au dos de cette photo, Marguerite Chenin (1886 – ?), notre arrière-grand-mère, la mère de notre grand-mère Paulette. À nouveau, nous sommes dans la Meuse, et certainement à Bar-le-Duc. Cette scène a été minutieusement préparée, nous faisons face à un décor de photographe professionnel, et les deux demoiselles semblent poser selon les recommandations d’un œil expert. Elles ont revêtu pour l’occasion des robes qu’elles ont sans aucun doute mis des heures à ajuster. Je ne parle même pas des chapeaux ! Je n’ai aucune information supplémentaire à vous livrer pour l’instant sur le pourquoi de cette photo, ou l’occasion particulière pour laquelle elle aurait été réalisée.

Si Marguerite, dont plusieurs clichés sont parvenus jusqu’à nous est bien reconnaissable, assise au premier plan, la demoiselle au chapeau improbable est pour moi une inconnue, et aucun autre nom n’est mentionné au verso de la carte/photo. Sauf que, après avoir vérifié rapidement que Marguerite était bien la seule fille de sa fratrie, afin d’écarter une possible photo de deux sœurs, je me suis repenchée sur l’illustration de la lettre B de ce défi. La fonction ‘zoom’ / ‘de-zoom’ de l’ordinateur a chauffé un moment, et j’ai bien envie de conclure ce billet en disant que la personne qui accompagne notre ancêtre serait (on va quand même rester sur du conditionnel) la même que celle qui se trouve à ses côtés dans le bureau de Bar-le-Duc en 1923, la cousine de son futur gendre, Olga Enguehard.