Q comme QUATRE (nappes)

15 Octobre 1910
Contrat de Mariage
Entre Monsieur Jonon

Et Mademoiselle Rabutté

Le mercredi 19 octobre 1910, notre arrière-grand-mère Marthe Ernestine Joséphine Rabutté a pris pour époux Ernest Louis Jonon ; c’était à l’hôtel de ville de Versailles, il était 11h15. Le samedi qui précède, les futurs époux se sont rendus à Saint-Germain-en-Laye en l’Etude de Maître Moisson, pour y établir un contrat de mariage. Les parents de Marthe, Marie Désiré et Eliska Duteil, sont également présents, afin de lui apporter assistance et autorisation en l’état de sa minorité, Madame Rabutté étant autorisée de son mari.

Les futurs époux ont déclaré adopter pour base de leur union le régime de la communauté de biens réduites aux acquêts. Il est précisé que la future épouse exclut de la communauté ses bijoux, dentelles et manteaux. Suivent les pages dites « mine d’or » pour le généalogiste, qui entrouvre par ce biais la porte du futur domicile de ses aïeux.

On apprend ainsi que l’armoire vestimentaire de Marthe contenait par exemple deux robes de laine et une robe de drap, sous lesquelles elle pouvait porter vingt-quatre chemises et pantalons. Dans le meuble buffet de la grande pièce, reposaient vingt-quatre (beaucoup de vingt-quatre dans cet inventaire non ?) torchons, trente serviettes et quatre nappes. On peut même imaginer la chambre, alors meublée d’un lit avec sommier, complété d’un matelas en laine ou en plumes selon la saison, et d’un bel édredon, une table de nuit complétant l’ensemble.

Laissons à présent les nouveaux époux s’installer et refermons cette porte entrebâillée sur le passé, en rangeant ce précieux document qui s’est transmis sur trois générations.

Cette année-là  (1910)
Armand Fallières est Président (février 1906 – février 1913).
Grave crue de la Seine, inondations dans Paris (janvier, février).
Passage de la comète de Halley (mai).
Début du règne de Georges V (mai).
Naissance de Bruno Coquatrix (août), décès de Léon Tolstoï (novembre).

10 commentaires

  1. Une mine d’or ou plutôt une mine de torchons et serviettes 😀 De mon côté, en 1892, la future amène pour 5000 francs, des habits, linges, hardes, bijoux, meubles meublants et mobilier 😳

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s