J comme Pas JOYEUX Noël

…ou MALTE.

Direction le sud et passage de frontière (grosse dispersion aujourd’hui) avec un petit billet qui me permet d’évoquer le décès d’un collatéral qui s’est éteint bien loin de chez lui, à Malte. Si l’archipel du centre de la Méditerranée, situé entre la Sicile et la côte d’Afrique du Nord nous évoque une destination bien sympathique et donne bien envie d’aller visiter les nombreux sites historiques qui jalonnent l’île, elle ne fut malheureusement pas synonyme de vacances pour François Victor LEVY, arrière-grand-oncle de notre grand-père Jean.

Victor est né à Gif-sur-Yvette (Essonne) en août 1831, dix mois après le mariage de ses parents, François Michel LEVY et Marie Thérèse Adélaïde CHARON. Aîné d’une fratrie de six enfants dont seule la petite fille ne vivra pas, il sera cultivateur comme son père, et ses aïeux avant lui. Nous pouvons le suivre à travers les recensements jusqu’à ses 19 ans. Puis il disparaît des registres avant de ressurgir de manière tragique quelques pages plus loin, quelques années plus tard, trop peu d’années. En effet, en ce 22 mars 1856, l’« Adjoint au Maire de la commune – où vit toujours sa famille – reçoit de Monsieur le sous-Intendant militaire de la place de Marseille, une expédition de l’acte de décès de François Victor LEVY ». On y apprend que Victor était soldat de l’Armée d’Orient. Intégré au 13e régiment d’Artillerie montée, il a été admis à l’Hôpital Français de Malte le 25 décembre 1855 – sinistre journée de Noël à quelques 2500 kilomètres des siens. Il y restera quinze jours avant de succomber d’une fièvre typhoïde qui l’emporte au jeune âge de 24 ans, le 9 janvier 1856.

Je n’ai pas cherché la fiche matricule de Victor qui pourrait nous en apprendre plus sur son parcours et son arrivée à Malte. J’ai pourtant son régiment, et même son matricule… C’est une lacune que je vais combler en casant cette recherche dans le plan de travail qui se dessinera à la fin de ce challenge. Et non n’insistez pas, je ne vais pas regarder tout de suite si par hasard les registres de ce régiment seraient déjà en ligne, j’ai encore trop de lettres à rédiger.

6 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s