Y comme YAKAFOKON

… ou ERNES.

Partons aujourd’hui direction ERNES, petite commune du Calvados en région Normandie.  Située à 34 km de Caen, et 40 km d’Argentan, ERNES est une localité dont le nom est attesté sous les formes Ecclesia Sancti Paterni de Esneis en 1158, Esne en 1225, Hernes 1270, Esnes en 1275, Sanctus Petrus de Ethnes au XIIIe siècle. C’est dire s’il y a matière à retrouver de quoi habiller nos ancêtres normands, pour peu que les archives soient accessibles et lisibles. Pire, ERNES est située à un saut de puce de la route que j’emprunte pour rejoindre la maison familiale dans le Cotentin lorsque je ne veux pas naviguer dans le flux autoroutier. Pour autant, je n’y ai jamais mis les pieds, alors même que j’ai déjà aperçu les panneaux indiquant la direction à prendre pour rejoindre ce berceau ancestral. Beaucoup de « y’a qu’à faut qu’on » sur cette branche pour laquelle il semble que nombre de réponses soient à portée de main… si Y’avait plus de vingt-quatre heures dans une journée.

Nous arrivons à ERNES avec Luce Félicité PILLET, une des arrière-grands-mères de notre grand-mère Madou sur sa branche paternelle. Luce y est née en octobre 1824, de Charles un marchand de chanvre et d’Esther Luce PETIT. Il apparaît ensuite que ses parents quittent le Calvados pour aller s’installer à Maule dans les Yvelines où naissent ses deux frère et sœur. Luce sera épicière, aux côtés de Nicolas JONON qu’elle épouse en 1843 à Maule. Nicolas y tient une épicerie et exerce la fonction d’adjoint au Maire. À ce stade de mes recherches, toute l’ascendance de la mère de Luce, Esther PETIT, reste bien ancrée à ERNES jusqu’à la génération 10. Les ancêtres de son père, Charles PILLET, dont j’ai remonté les branches un peu moins loin, sont aussi installés à ERNES pour sa branche maternelle, et dans les bourgs alentours pour sa branche paternelle. Il ne reste plus qu’à prendre le temps de s’installer bien confortablement sur le portail des archives calvadosiennes pour aller papillonner avec les vaches rousses, blanches et noires sur lesquelles tombe la pluie. Auprès d’une mare avec des canards et des pommiers dans la prairie, il est fort possible que nous trouvions de quoi enrichir nos branches de là-bas.

8 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s