En long, en large et en travers (2/3)

Ou 30 questions à se poser pour travailler sur la vie d’un ancêtre

Voici la suite du Challenge #Généalogie30, ou le voyage à travers la vie de Léa Lucie Moulé, mon arrière-arrière- grand-mère. Pour revoir la première partie ou repasser par la boussole c’est par ici.

Jour 11 : Comment se déplaçait-elle ?

Jour 12 : Quel était son premier métier ? Comment en vivait-elle ?

L’écriture de cette diapo m’a rappelée que trônait dans notre maison de famille une très ancienne machine à coudre. Après une plongée en apnée de ma mère dans le carton des modes d’emploi et autres garanties accumulés depuis des décennies (des siècles !), elle a retrouvé les papiers d’une machine de 1897. Est-ce celle de Léa ? Nous ne le saurons probablement jamais ; mais l’enquête reste ouverte.

Jour 13 : Quels étaient ses autres métiers recensés ?

Jour 14 : Comment apparaît-elle dans les recensements ?

Jour 15 : Quel était le parler de sa région ?

Ici le lien de la vidéo qui m’a permis de répondre à cette question. Et pour ceux que ça pourrait intéresser, à noter que la monographie de Follainville que l’on trouve sur le site des archives des Yvelines est une véritable mine d’or.

Jour 16 : Comment s’habillait-elle ?

Jour 17 : Combien a-t-elle eu d’enfants ?

Jour 18 : A-t-elle assisté aux mariages de ses enfants ?

Jour 19 : Que signifie son nom de famille ? Comment a-t-il été transmis ?

Une des premières diapos où je me suis bien demandée ce que j’allais raconter. En effet, mon ami Google me ressortait inlassablement des documents sur la vie de la moule, son mode de reproduction, sa nourriture, etc, alternativement avec toutes les recettes possibles et imaginables pour cuisiner le mollusque…alors même que j’essayais par divers moyens de faire comprendre au moteur de recherche qu’il y avait un accent sur le E final (sans aucun succès il va sans dire).

Jour 20 : Qui était son père ?

La diapo qui te rappelle qu’il va un jour falloir éplucher les registres de décès d’au moins trois communes possibles, en se disant qu’il y a peut être eu un loupé au niveau des tables décennales.

L’acte II est terminé. La dernière partie ne se fera pas trop attendre, parce que dans la vraie vie, elle est déjà finie et qu’en plus on attaque un weekend de trois jours 🙂