J comme JUSTICE

MINISTÈRE DE LA JUSTICE
DIRECTION DES AFFAIRES CIVILES ET DU SCEAU
Bureau du Sceau

Le Président de la République Française, Sur le Rapport du Garde des Sceaux,
Ministre de la Justice, Décrète : Article premier.
Est naturalisé Français, Scheffer, Jean Pierre, forgeron, né le 23 mai 1857, à Dudelange (Luxembourg), demeurant à Revigny (Meuse).


Le Président de la République Française,

Sur le Rapport du Garde des Sceaux, Ministre de la Justice,
Vu le décret, en date de ce jour, conférant la naturalisation à des étrangers ayant épousé des Françaises ; Vu l’article 18 du Code civil, Décrète : Article premier.
Est réintégré dans la qualité de Française qu’elle avait perdue par son mariage : Gillet, Maria Elisabeth, femme Scheffer, née le 9 janvier 1861 à Revigny (Meuse), y demeurant.

Faits à Paris, le 17 août mil huit cent quatre-vingt-dix-sept.

Voici aujourd’hui les deux certificats de naturalisation de nos arrière-arrière-grands-parents, les grands-parents paternels de notre grand-mère Paulette. Lorsque Maria épouse Jean-Pierre (alors Johan Peter) en novembre 1885, celle-ci devient automatiquement Luxembourgeoise, par la nationalité de son époux. C’est douze ans et trois enfants plus tard que tout ce petit monde (re)deviendra Français.

Une petite anecdote pour accompagner ces actes : il y a quelques années, effectuant des recherches du côté du Luxembourg pour enrichir cette branche, je suis tombée sur un article (contemporain) qui expliquait qu’il était possible de demander la nationalité luxembourgeoise, par rapport à ses ancêtres. Il y avait beaucoup de conditions, mais pour faire simple et concis, il fallait avoir un ascendant en ligne directe vivant au Luxembourg le 1er janvier 1900. C’est à ce moment-là que j’ai demandé à ma famille de me transmettre la date exacte de naturalisation de Jean-Pierre, et que j’ai reçu les copies de ces beaux certificats. Je fus ravie de disposer de ces documents, un peu moins quand j’ai vu la date bien antérieure à 1900. Qu’à cela ne tienne, j’allais monter mon dossier avec le père de Jean-Pierre, Frantz, qui lui était resté au Luxembourg. Eh bien vous n’allez pas me croire… Frantz a quitté ce monde le 26 décembre 1899. Juste cinq jours avant la date fatidique ! Inutile dire que je n’ai pas trop apprécié sur le moment le tour qu’il m’a joué, à cinq jours près ; mais avec le recul, je me dis que j’ai finalement échappé à une montagne de paperasse, de temps, et certainement d’argent…

Cette année-là (1897)
Félix Faure est Président (janvier 1895 – février 1899).
Incendie du Bazar de la Charité (mai).
Première représentation de Cyrano de Bergerac (décembre).
Naissances d’Enid Blyton (août) et Louis Aragon (septembre), décès d’Alphonse Daudet (décembre).

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s